Ils font les Assises du Numérique…

    NEWS

    Edito de Benoît Thieulin, Président du Conseil national du numérique - Membre du Comité Scientifique des Assises du Numérique 2013


    Benoît THIEULIN 2

     

     

     

     

     

    “Petit à petit, le numérique s’impose au cœur de la vie sociale et développe une nouvelle forme de littératie à laquelle il est important que tous puissent participer”

     

     

     

     

    Le numérique est un choc au cœur de la vie sociale


    Le choc numérique est partout : santé, éducation, travail, loisir. Il offre le meilleur accès aux services déjà existants. Il les améliore. Il en fait émerger de nouveaux à destination des citoyens. La littératie numérique devient une dimension essentielle dans le rapport à l’autre et au collectif, à travers les réseaux sociaux et les outils collaboratifs, catalyseurs de nouvelles formes d’expressions publiques. C’est un nouveau et formidable vecteur d’inclusion dans la société. Mais gare à ce qu’il ne devienne finalement un nouveau facteur d’exclusion. Chacun doit pouvoir en tirer les bénéfices dans sa vie personnelle et dans sa vie collective. C’est le sens d’une nouvelle concertation “inclusion” du CNN, dont l’avis et le rapport seront publiés prochainement.

     


    L’accès ne fait pas tout


    Depuis vingt ans, la problématique de l’inclusion s’est trop focalisée sur la question de l’accès aux équipements et aux réseaux. Elle ne doit pas cristalliser le débat et concentrer les efforts de l’action publique dans le déploiement des infrastructures. La question de la culture numérique, dans toutes ses dimensions, est ici posée. L’idée que celle­ci n’est plus un problème pour les « digital natives » est erronée. Nous devons renouveler notre vision de l’e­inclusion, désormais indissociable de l’inclusion sociale, et penser une action continue et globale. C’est un travail considérable mais utile et qui rassemble peu à peu l’ensemble des acteurs ­ qu’ils soient institutionnels ou citoyens.

    Imprimante 3D: pourquoi et comment cette technologie peut changer nos vies

     

    Comme le vol et la téléportation, la création de matière est un des vieux rêves de l'homme. Bien sûr, notre technologie est encore loin de pouvoir créer quelque chose à partir du vide. Mais si nous sommes encore loin des synthétiseurs imaginés dans les œuvres de science fiction comme Star Trek ou la Trilogie du Vide de Peter F. Hamilton, une technologie aiguille depuis des mois les rêveurs. Son nom: l'impression 3D.


    Vous en avez certainement entendu parler. Articles, sujets au JT de 20h, livres, émissions: ces imprimantes en trois dimensions sont partout. Pour faire simple, l'idée est "d'imprimer" un objet couche par couche. Pas très clair? Cette vidéo devrait vous permettre de comprendre comment faire pour imprimer votre propre buste de Yoda:


     

    Si cette technologie existe depuis des dizaines d'années, celle-ci devient, depuis un peu plus d'un an, de plus en plus accessible au grand public. Ainsi, sur le site de financement participatif (crowdfunding) américain Kickstarter, les projets ayant réuni des centaines, voire des millions de dollars sont légions.


    Pourquoi une telle effervescence? En quoi les imprimantes 3D peuvent-elles changer la vie de tous les jours? Le HuffPost s'est posé la question.


     

    Lire la suite

    Lille : la bibliothèque enclenche sa révolution numérique et se paie un joli coup de pub

     

    Gros caractères, couleurs pétantes et messages percutants : une bibliothèque qui fait de la retape pour muscler ses abonnements, l’initiative n’est pas banale. L’équipement municipal investit massivement depuis près d’un an dans le numérique, offrant des contenus proprement bluffants, et veut le faire savoir.

     

    Une blague ? « À la bibliothèque, on peut télécharger des milliers de films légalement », clignote l’affiche, comme un mantra du Parti Pirate. L’invitation est au contraire on ne peut plus officielle, puisqu’elle a été imaginée par les services de com’ de la ville de Lille… pour promouvoir ses bibliothèques. Une première qui accompagne le grand bond en avant numérique de l’équipement municipal engagé il y a près d’un an. « Les bibliothèques vivent une véritable révolution », indique Isabelle Duquenne, directrice des huit établissements lillois. À l’entendre énumérer les nouvelles possibilités offertes au détenteur de la carte d’abonné et surtout après avoir testé en ligne, on ne peut qu’abonder. « On a une image un peu poussiéreuse, déplore la conservatrice. Pourtant, on a des atouts, de belles collections et tout ça est gratuit pour les habitants ! »


    Lire la suite

    Un artiste américain rend les ondes Wi-Fi visibles

    Sur les photomontages de Nickolay Lamm, les ondes Wi-Fi sont vertes, jaunes, rouges... et envahissent littéralement la ville de Washington DC.

     

    Les électrosensibles n’apprécieront sans doute pas de voir à quel point le Wi-Fi envahit les rues. Les photomontages de Nickolay Lamm pourraient même relancer la polémique autour de la nocivité ou non de ces ondes. L’artiste américain vient de publier une série de clichés donnant vie aux ondes Wi-Fi et aux données que les utilisateurs échangent dans la ville de Washington DC en s’appuyant sur des recherches très pointues.

     

    Lire la suite

     


    Fiscalité numérique: Fleur Pellerin veut explorer d'autres pistes

    La ministre de l'Economie numérique, Fleur Pellerin, a estimé jeudi que la fiscalité du numérique n'était pas la seule piste pour combattre l'optimisation fiscale à outrance pratiquée par certaines multinationales, comme Google, évoquant notamment le droit de la concurrence.
    "Ce qui est difficile c'est de trouver un dispositif auquel les multinationales ne parviendront pas à échapper et qui ne retombera pas sur le consommateur", a souligné la ministre sur RTL. 


    "Ça peut être un dispositif en matière de droit de la concurrence, etc., ne raisonnons pas toujours en termes de taxe", a expliqué Mme Pellerin, alors que le Conseil national du numérique (CNN) déconseille au gouvernement de mettre en place une taxe spécifique sur le secteur du numérique.
    Fleur Pellerin a souligné qu'il y avait aujourd'hui "une asymétrie de concurrence". "Il y a un problème entre des acteurs multinationaux, pas forcément tous américains, et des acteurs français ou européens qui paient l?impôt sur les sociétés ou la TVA, alors que certains ne paient rien du tout", a-t-elle noté.
    "Ces pratiques leur donnent un avantage concurrentiel considérable, puisque ce sont des entreprises qui ont plus d'argent pour faire de la recherche et développement, pour améliorer leurs services, pour conquérir de nouveaux marchés et elles ne sont pas sur un pied d'égalité avec leurs homologues européennes. Ce que nous voulons rétablir c'est cette égalité de traitement", a-t-elle poursuivi.

     

     

    Lire la suite





    Sous le haut-patronage de :