Thibaud Elzière est le fondateur de la start-up qui en a lancé beaucoup d’autres depuis ses quatre ans d’activités. Comment celle-ci arrive-t-elle à conserver une place prépondérante sur le marché français ? Telle est la question à laquelle on se propose de répondre.

Une start-up studio

Outre la création de nouvelles start-ups, eFounders possède une structure des plus conventionnelles. Site Web, personnel, matériel, etc. : tels sont les attributs qu’elle cherche à améliorer en performance pour répondre au mieux, non pas seulement à ses besoins, mais surtout à ceux de ses clients. Elle ne se contente pas de se baser sur la demande, mais également sur les conjonctures auxquelles elle doit s’adapter. Si Zalando et eDarling sont les fameux produits de la start-up studio Rocket Internet, c’est tout de même Fotolia, bijou d’eFounders en 2011, qui reste une des plus grandes références françaises. Ceci n’a marqué que le début du succès d’Elzière. Son objectif : continuer à être un entrepreneur, spécialisé dans le lancement simultané de nombres firmes.

Un spécialiste en programmation

Plusieurs personnes confondent les activités d’eFounders. Il faut savoir qu’il ne s’agit pas d’un site de vente en ligne, à l’instar de Rocket Internet, mais d’une société qui dote les entreprises de logiciels afin de numériser leurs activités.

L’équipe d’eFounders

eFounders a connu un grand essor grâce aux quelques 16 membres qui font preuve d’une grande expertise et qui mettent un accent important sur le travail d’équipe. Spécialisés dans divers domaines, ils combinent leur savoir-faire pour donner naissance à des idées révolutionnaires axées vers les start-ups. Après validation d’un projet, deux co-fondateurs sont recherchés par eFounders afin de les mettre à la tête de la nouvelle entreprise : entreprise qui ne naîtra qu’à la suite d’un travail acharné de trois trimestres.

Un capital important pour les co-fondateurs

Selon Thibaud Elzière, il faut environ un et demi pour qu’une start-up n’ait plus besoin de l’aide d’eFounders. De ce fait, la moitié du capital reste aux mains de co-fondateurs, contrairement au maigre pourcentage (2 %) laissé par son rival, Rocket Internet. Malgré que les bébés d’eFounders n’aient pas encore effectué de sortie, il s’avère qu’ils fonctionnent correctement.

En bref, le leader d’eFounders affirme que la clé de la réussite dépasse le simple fait de posséder une équipe de choc. Toutes les actions entreprises par la firme sont nécessairement stockées dans des bases de données. Mais encore, le fait d’être au plus proche de ses clients est tout aussi primordial, et ce, grâce essentiellement à la création de diverses plateformes.