On savait déjà que le storytelling faisait vendre, mais personne ne se doutait que la science pouvait le rendre encore plus efficace. Eh, oui ! Raconter, ce n’est pas uniquement sortir tout ce que l’on a vécu. Il est nécessaire de suivre des étapes bien précises pour mettre l’interlocuteur à l’aise et pour l’amener progressivement à adhérer à ce qu’on lui vend.

Ne pas cacher ses émotions

Vous ne devez pas oublier que le contact humain sincère est le premier pas. Lorsqu’il faut s’adresser au client, soyez juste « humain ». Montrer à son vis-à-vis que l’on est aussi sensible qu’il l’est ne pourra que le rassurer, et donc l’amener à écouter.

Agir en fonction des réponses

À ne pas oublier non plus : poser les questions nécessaires pour connaître l’avis, le sentiment du client par rapport au produit/service ou à la marque. De cette manière, il sera plus facile d’exploiter les points forts de ceux-ci.

Rester « vrai »

Arrive maintenant le moment où on raconte l’histoire. Quelques marketeurs, aussi expérimentés qu’ils soient, ont tendance à embellir la réalité. Erreur ! Si vous êtes amené à faire part de votre vécu pour inciter quelqu’un à acheter, ne dites pas quelque chose de faux. Effectivement, la confiance est une qualité également très utile en affaires. Attention à ne pas perdre celles de vos clients !

Suivre le client

Ceci est primordial si le client est au stade de doute. Ne baissez pas les bras ! Allez vers lui ! Il est important de lui montrer que vous avez à cœur ses préoccupations. Bientôt, il se remettra à demander des détails sur votre histoire. Lorsque ce sera le cas, mettez le paquet. Épatez-le !