Le géant japonais de l’électronique Sony serait séduit par la technologie de FD-SOI sur substrat pour ses futurs capteurs d’image Cmos. Une technologie made in France développée par la startup de Grenoble Soitec.

Soitec intéresserait Sony

Bonne nouvelle pour la firme grenobloise Soitec, spécialiste français des plaques de silicium sur isolant. Les bruits courent que Sony envisagerait de faire appel à cette technologie de substrat électronique pour la réalisation de ses futurs capteurs d’image. L’information aurait été d’ailleurs relatée par le journal EETimes lors du dernier FD-SOI Forum qui s’est tenu le 21 janvier 2015 à Tokyo.

Si l’information se confirme, cela aura un impact positif sur tout l’environnement économique autour du silicium sur isolant et particulièrement sur Soitec. Le spécialiste français sis à Bernin à Grenoble, étant d’ailleurs le plus grand fournisseur au monde de plaques de silicium sur isolant.

Vers une domination de Sony

Selon IC Insights, Sony est le leader des capteurs d’image Cmos avec près de 32% de part de marché rien qu’en 2014, ce qui le place loin devant l’américain OmniVision Technologies (16%), et le coréen Samsung Electronics (14%). Une avance que la firme japonaise a su accentuer en rachetant les capteurs d’image de Toshiba. Le géant japonais embarque ses images électroniques dans ses propres mobiles et équipe aussi des smartphones des marques tels que Samsung, Apple, Huawei ou encore Xiaomi. Une position qui en ferait un gros client potentiel de Soitec.

Les capteurs d’image Cmos combinent deux composants essentiels l’un sur l’autre : l’un pour la capture de l’image l’autre pour le traitement des signaux. Actuellement, les deux circuits sont fabriqués sur substrat de silicium massif.  Le projet de Sony est donc de passer au substrat de silicium sur isolant pour le circuit de traitement pour limiter la consommation de courant et l’échauffement.