Imaginez une grande entreprise, avec des centaines d’applications différentes et des milliers d’utilisateurs. Puis, imaginez le volume de transferts de données générés au quotidien, en externe comme en interne, et la plateforme gérant l’ensemble. Grâce à cet article, vous allez pouvoir comprendre comment cette plateforme de transfert de fichiers a évolué en quelques années, pour répondre à des exigences croissantes de support et d’infrastructure.

L’orchestration et l’automatisation accélèrent la transformation digitale pour l’organisation informatique en perpétuelle évolution. Les solutions proposées par HPE aident les professionnels à gagner en rapidité et améliorent la gestion de son infrastructure. D’ailleurs, il faut savoir qu’à l’heure actuelle, toutes les entreprises appréhendent la mutation de leur IT. Notez que cet expert accompagne toutes les structures qu’elle soit grande ou moyenne en proposant un monitoring à distance, une supervision et divers conseils concernant l’automatisation de l’infrastructure.

Une technique efficace pour développer le data center

Actuellement, le data center est un véritable défi multigénérationnel et en silo pour les différentes infrastructures informatiques, avec de nombreuses applications. Grâce à l’automatisation de l’infrastructure, vous pourrez libérer et faire prospérer le potentiel des systèmes informatiques en éradiquant les principaux obstacles vers l’optimisation, la vitesse et l’intelligence.

L’automatisation de l’infrastructure par HPE se décline en différentes étapes. En effet, ces solutions d’orchestration et d’automatisation combinent les conseils d’experts, la technologie avancée et les méthodes éprouvées qui propulsent votre mutation digitale avec une stratégie unifiée et ouverte destinée aux plateformes et aux vendeurs. En somme, l’objectif de cette technique est de permettre aux entreprises d’avoir plus de vélocité, de bénéfices et bien évidemment du temps pour l’innovation.

Les perspectives de l’automatisation de l’infrastructure

Les systèmes informatiques ont l’occasion de rayonner dans un univers décomposé et complexe qui se transforme rapidement. Avec les nouvelles fonctionnalités d’orchestration et d’automatisation avancées, ceux-ci sont plus rentables grâce notamment à la structuration efficace des diverses fonctions des processus, des applications et de l’infrastructure mis en place par l’entreprise.

D’ailleurs, l’étude menée par Forrester Research a mis en évidence les problématiques numériques et la demande croissante d’automatisation. Les conclusions de cette étude ont montré qu’il était temps de développer l’automatisation de l’infrastructure. En effet, la complexité des services métier ne cesse d’augmenter et les budgets sont serrés. De plus, les compétences professionnelles sont rares et les éléments technologiques croissent considérablement.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

Certes, il est bien d’automatiser votre infrastructure, mais il est essentiel d’éviter certaines erreurs. Tout d’abord, le choix de l’outil. En effet, vous ne devez pas imposer un outil qui ne correspond même pas aux besoins réels de l’entreprise. Puis, il y a le fait de penser que cette technique va générer la diminution d’effectifs. Il faut savoir que l’automatisation permet surtout de libérer des tâches à très faibles valeurs ajoutées.

Ensuite, il faut éviter de confier la gestion de configuration à une seule personne. Effectivement, cela signifierait que tous les changements vont passer par lui. Une situation assez pesante, puisqu’en cas de problème, il sera le seul à apporter la solution. D’autre part, il faut comprendre que l’automatisation accélère la transformation et rend la mise en application plus rapide. Ainsi, il est recommandé de tester les changements avant de les appliquer. Lorsque l’on automatise l’infrastructure, de nombreuses informations importantes vont circuler. Ces données permettent en outre de détecter les changements non attendus, qui sont le signe d’une transformation non désirée.

Les infrastructures de demain

Les organisations ont dû proposer de nouveaux outils de gestion qui ont rendu plus complexe l’infrastructure existante avec la généralisation de la mobilité de société et l’extension de son périmètre.

Ces différents systèmes de gestion et technologies, souvent déployés en parallèle, sont difficiles à surveiller et ne bénéficient pas d’une gestion centralisée, à cause de leur structure en silo. Un modèle à proscrire, au profit d’une approche unifiée et centralisée de la gestion des services. En effet, les utilisateurs finaux veulent profiter des mêmes fonctionnalités et facilités mobiles dans leurs usages professionnels et personnels.