Après plusieurs mois d’attentes, le fabriquant de semiconducteurs américains AMD vient enfin de lancer son nouveau processeur ARM compatible avec les serveurs et porte l’appellation Opteron A1100 . Détail sur ce composant d’un nouveau genre.

Un composant d’un nouveau genre

Après un long investissement dans la recherche et le développement, AMD semble maintenant apte à lancer la commercialisation de ses AMD Opteron A1100  surnommés Seattle. C’est une ligne de processeur ARM en 64 bits dont le design a été spécialement étudié pour équiper les serveurs, boîtiers réseau et autres systèmes de stockage. En comparaison avec les architectures x86 que l’on retrouve sur la majorité des grands data centers, les puces ARM se placent comme une solution plus économique grâce à une meilleure efficacité et une consommation énergétique minime.

Si la firme américaine avait prévu la commercialisation de ces puces Opteron A1100 pour l’année 2015, celle-ci ne s’est faite qu’en début d’année 2016. Ce retard de commercialisation aurait comme cause un marché qui n’était pas suffisamment évolué en ce qui concerne l’équipementier. Le groupe californien évoquait notamment l’offre, qui était jusqu’à présent peu intéressante si l’on prenait en compte l’environnement logiciel qui n’était pas encore optimisé pour cette architecture de processeur ARM développé par AMD pour les serveurs.

Grâce  au lancement de ce nouveau processeur ARM pour les serveurs, le géant américain affirme sa place de challenger en tant que grand fabricant de semiconducteurs et place un nouvel argument de vente face à Intel qui détient jusqu’à maintenant près de 90% du marché des processeurs dans le domaine des data centers avec son architecture x86. Pourtant, AMD n’a pas à rougir grâce à son nouveau bébé qui en théorie devrait constituer une alternative plus économique et polyvalente face aux processeurs Intel. Affaire à suivre.