Le PDG du groupe Casino, Jean-Charles Naouri, a fait le choix d’axer la stratégie de croissance de son groupe autour du numérique afin d’en faire un « pilier de (son) plan stratégique ». Une stratégie qui s’articule autour de différentes initiatives, et notamment sur un partenariat avec le géant américain Amazon.

« Le digital est un pilier de notre plan stratégique. Il représente 18 % de notre volume d’affaires en France et nous prévoyons d’atteindre 30 % dans les deux ans sur le non-alimentaire et l’alimentaire », a expliqué le PDG du groupe Casino, Jean-Charles Naouri, lors de la présentation des résultats semestriels du groupe.

Une prise de position tranchée qui s’explique par les investissements massifs du groupe de distribution dans la digitalisation de ses activités depuis plusieurs années afin de s’adapter aux réalités de la révolution numérique à laquelle est confronté le secteur du retail. En France, le groupe Casino fait d’ailleurs plutôt figure de bon élève en matière de digitalisation.

Depuis 2000, le groupe de Jean-Charles Naouri est notamment propriétaire du site de e-commerce Cdiscount, l’un des leaders français du e-commerce. Une position centrale que le PDG du groupe Casino souhaite conforter. « Avec Cdiscount, nous voulons gagner 4 à 5 points de quote-part avec la marketplace », a indiqué Jean-Charles Naouri.

En parallèle à Cdiscount, Casino veut monter en puissance dans sa relation-client digitale dans ses enseignes physiques, à l’image du partenariat noué entre Monoprix et Amazon. Cette alliance « doit permettre de générer 150 à 200 millions d’euros de CA. Avec Ocado, nous estimons le potentiel environ 500 millions d’euros en 3 à 5 ans avec un projet d’ouverture d’un second entrepôt dans le sud de la France en cas de succès », selon Jean-Charles Naouri.

Enfin, la révolution numérique peut impacter directement et très concrètement les clients des enseignes de distribution selon le PDG de Casino. Ce n’est pas un hasard si plus de 200 magasins autonomes ont été ouverts ces derniers mois aux quatre coins de l’hexagone. Des magasins qui permettent, grâce à des outils numériques, de faire ses courses en dehors des heures d’ouverture… et bientôt 24/24.