Aujourd’hui le covoiturage fait partie intégrante de l’économie collaborative, mais une petite start-up voit les choses en grand et propose depuis sa création en 2015 de partager le quotidien des camionneurs durant une portion de route.

L’origine de Wetruck

Selon les paroles de Victor Clément, fondateur de Wetruck, l’idée lui est venue lors d’un voyage en covoiturage dans une région rurale de la France. Il a remarqué qu’un grand nombre de camions allaient dans la même destination où il se rendait. Séduit par l’idée, d’autant plus que ces poids lourds disposaient d’un confort respectable, il s’est laissé emporter par une nouvelle tendance que l’on pourrait qualifier de « cocammionage ». D’ailleurs, c’est aussi l’occasion de découvrir un métier parfois oublié qu’est la profession de camionneur. Pour illustrer l’ampleur du phénomène, depuis sa création en 2015, la start-up propose aujourd’hui plus de 80 lignes et enregistre près de 1500 trajets mensuels.

Le business model Wetruck

Le business model de ce service de cocamionnage initié par Wetruck se base sur une commission de 15 % sur toutes les transactions effectuées sur le site www.wetruck.fr. La plateforme verse ensuite le montant du voyage aux sociétés de transport qui peuvent partager la somme avec le conducteur.

Qu’en est-il de la sécurité et de la responsabilité du voyageur ?

Si la question de la responsabilité du voyageur peut se poser, de la façon que dans le covoiturage, le passager est assuré par la police d’assurance de la flotte des transporteurs. Mais, certains acteurs sont contre cette nouvelle pratique pour voyager. À l’instar de l’Organisation des Transports Européens (ORTE) du Centre-Val de Loire qui pensent que la présence d’un passager à bord de ce genre de véhicule pourrait déconcentrer le conducteur et que le transport de personne devrait être du ressort des professionnels en la matière. Pourtant jusqu’à aujourd’hui la start-up Wetruck résiste et compte même investir davantage dans ce secteur pour cette année.